Bretagne

Le label Terres de Sources, accélérateur de la transition agricole et alimentaire des territoires.
Lauréat de l’édition 2020 des Trophées Bretons du Développement Durable.

Origine de l’action

Le projet a été initié par la collectivité Eau du Bassin rennais. La collectivité distribue et produit de l’eau potable pour 500 000 habitants au cœur d’une région agricole très productive sur laquelle se trouvent 3 000 exploitations agricoles.

Ses principaux objectifs

Leurs objectifs principaux de cette action sont :

  • offrir des débouchés rémunérateurs aux exploitants agricoles qui s’engagent à agir pour protéger la qualité de l’eau ;
  • permettre aux collectivités, comme Rennes Métropole et la ville de Rennes, d’acheter les produits locaux et provenant des exploitations agricoles situées en amont des captages d’eau potable.

Fonctionnement et moyens mobilisés

L’important est que les acteurs du territoire s’approprient la démarche et le label Terres de Sources pour assurer sa promotion. Ainsi, les associations, les artisans, entreprises, collectivités seront mobilisés.
Divers outils / supports de communication seront utilisés tout comme internet. 80 structures sont parties prenantes du projet. (chambre d’agriculture, associations de consommateurs et d’environnement, entreprises, collectivités, scientifiques,…

Les publics bénéficiant de l’action

Agriculteurs engagés et habitants consommateurs sont les grands gagnants de cette démarche.

Les résultats obtenus

Le label Terres de Sources a été lauréat de l’appel à projet « Territoire d’innovation » organisé par l’État et la Banque des Territoires. Elle bénéficie jusqu’en 2028 de plus de 20millions d’euros pour accélérer la transition agroécologique, informer et mobiliser les habitants consommateurs,… En 2020, le projet Terres de Sources a été lauréat du Prix Acteurs Publics de la 14ème édition des Trophées Bretons du Développement DurableC'est un système qui est stable et qui dure dans le temps sans compromettre les besoins des générations futures.
Source : Etudiants de l’Ecole des Métiers de l’Environnement - UniLassalle
.

Télécharger la fiche inspirante

Origine de l’action

Le projet a été initié en 2015 par un chef de cuisine. Il a constaté que le gaspillage alimentaire avait toujours cours alors que des familles à revenus modestes n’arrivaient à se nourrir correctement et ne pouvaient pas acheter des fruits et légumes.

Ses principaux objectifs

L’association intervient dans plusieurs directions grâce à la cuisine participative : sensibilisationC’est l’action de rendre quelqu'un, un groupe sensible, réceptif à quelque chose pour lequel il ne manifestait pas d'intérêt. Source : Dictionnaire Larousse / pédagogie autour de l’écocitoyenneté, partage / convivialité autour du plaisir de faire ensemble et restauration du lien social autour de la rencontre et des échanges de savoirs.

Fonctionnement et moyens mobilisés

L’équipe se compose d’un bureau, d’un Conseil d’Administration, d’adhérent.e.s impliqué.e.s et de 2 salariées. Les bénévoles (25) et adhérent.e.s participent régulièrement aux prises de décision concernant les domaines d’intervention. L’association utilise différents moyens de communication pour faire connaître son action : presse écrite, réseaux sociaux, participation à des salons.

Les publics bénéficiant de l’action

Le public pouvant bénéficier de l’action est très large : habitants des quartiers populaires, écoles, entreprises. L’association rencontre entre 3 000 et 4 000 personnes chaque année. Le public habite principalement le Morbihan (Vannes), mais l’association peut intervenir sur d’autres territoires bretons.

Les résultats obtenus

L’association Les cuisiniers solidaires a 5 ans mais elle est déjà reconnue, de par ses récompenses, pour son implication dans la lutte contre le gaspillage alimentaire mais aussi et surtout pour ces missions assurant la cohésion et la mixité sociale.

Les interventions de l’association sont multiples : sensibiliser les jeunes au mieux manger, favoriser les échanges interculturelles, accompagner les entreprises pour la mise en place de leur programme de RSE.

Enseignements tirés et pistes d’amélioration

L’association travaille actuellement à sa restructuration pour apporter une représentativité et des orientations stratégiques partagées. Dans ce cadre, une concertation sera mise en place auprès des habitants des quartiers pour recueillir leurs besoins et engager une coconstruction des actions.

Télécharger la fiche inspirante

Origine de l’action

Le projet est né de la prise de conscience lors de missions professionnelles et bénévoles au sein d’associations caritatives et recyclerie, de la nécessité de donner une seconde vie aux jouets issus des dons
de particuliers.

Ses principaux objectifs

En plus d’éviter à des jouets de finir à la poubelle, Ti Jouets a aussi pour objectif de contribuer au développement de l’emploi du public éloigné du monde du travail. Ti Jouets est la première structure bretonne à agir pour le recyclage des jeux et jouets tout en créant des emplois pour des personnes en situation de grande précarité. Elle donne une seconde vie aux jouets en les revalorisant et en les recyclant dans un objectif de réduction des déchets et de préservation de l’environnement.

Fonctionnement et moyens utilisés

L’équipe se compose de 4 salariés permanents, de 12 salariés en insertion et peut compter sur une vingtaine de bénévoles. Pour se faire connaître, l’association est présente sur les salons dédiés au développement durableC'est un système qui est stable et qui dure dans le temps sans compromettre les besoins des générations futures.
Source : Etudiants de l’Ecole des Métiers de l’Environnement - UniLassalle
et à la petite enfance. Elle s’appuie également sur les réseaux sociaux et leurs
partenaires, porte-parole du projet.

Les publics bénéficiant de l’action

D’un point de vue professionnel, Ti jouet est un chantier d’insertion de 10 personnes ayant des difficultés sociales et/ou professionnelles. En tenant compte des difficultés de la personne, elle favorise leur retour à l’emploi. Quant aux jouets, ils sont revendus à moindre prix à tout particulier, association ou professionnel de l’enfance.

Les résultats obtenus

En 2020, le projet est accompagné par une soixantaine de partenaires différents (associations, cabinets médicaux, entreprises, collectivités, établissements scolaires et universitaires). Ti jouet fait parti du réseau national des spécialistes du réemploi du jouet : une dizaine d’acteurs est répartie de manière homogène sur le territoire.
Lauréat du prix Association des trophées bretons du développement durable 2020.

Enseignements tirés et pistes d’amélioration

Aujourd’hui, l’action de Ti jouet est principalement visée sur le Finistère. Néanmoins, l’association ambitionne d’élargir son territoire d’intervention à l’échelle de la Bretagne.

Télécharger la fiche inspirante

Origine de l’action

L’Institut Mines Télécom Atlantique (IMT Atlantique) est né en 2017 de la fusion de l’École des Mines de Nantes et de Télécom Bretagne. Ces domaines d’expertise sont le numérique, l’environnement. Depuis 2009, chaque établissement d’enseignement supérieur doit élaborer un Plan Vert. Ce plan a pour objectif le développement d’un socle de connaissances en matière de développement durableC'est un système qui est stable et qui dure dans le temps sans compromettre les besoins des générations futures.
Source : Etudiants de l’Ecole des Métiers de l’Environnement - UniLassalle
à destination des étudiants. Ainsi, afin d’être exemplaire sur le développement durable et la responsabilité sociétale, l’IMT Atlantique a créée une unité d’enseignement relative au développement durable et à la responsabilité sociétale. (DD et RSO)

L’Institut Mines Telecom Atlantique (IMT Atlantique) est né en 2017 de la fusion de l’École des Mines de Nantes et de Télécom Bretagne. Ces domaines d’expertise sont le numérique, l’environnement. Depuis 2009, chaque établissement d’enseignement supérieur doit élaborer un Plan Vert. Ce plan a pour objectif le développement d’un socle de connaissances en matière de développement durable à destination des étudiants. Ainsi, afin d’être exemplaire sur le développement durable et la responsabilité sociétale, l’IMT Atlantique a créée une unité d’enseignement relative au développement durable et à la responsabilité sociétale.

Ses principaux objectifs

Les compétences visées par cette unité d’enseignement sont :
– Agir de façon responsable ;
– Anticiper et évaluer les impacts ;
– Élaborer et mettre en œuvre une vision systémique ;
– Travailler et apprendre ensemble ;
– Élaborer et mettre en œuvre une vision prospective.

Fonctionnement et moyens mobilisés

Cette unité d’enseignement se compose :
– d’une découverte des enjeux environnementaux et sociaux et des 17 ODD de l’ONU (en lien avec les métiers d’ingénieur) via des conférences-débats, ateliers-discussions avec des intervenants externes, des témoignages, des recherches documentaires ;
– d’une réalisation concrète locale via l’engagement des étudiants dans un projet qui a un impact positif sur l’environnement et/ou la société ;
– de réunions de suivi tutorées (chaque groupe projet est accompagné par un tuteur membre du personnel d’IMT Atlantique) ;
– de soutenances et de l’animation d’un forum public où les étudiants présentent leurs réalisations ;
– de l’utilisation du Sulitest (test international d’évaluation des connaissances de base en DD&RS) qui permet aux étudiants d’avoir un spectre large du DD& de la RSO.

Les publics bénéficiant de l’action

Étudiants en 1ere année de la « Formation d’ingénieur sous statut d’étudiants »

Les résultats obtenus

Tous les élèves de 1ère année de la « Formation d’Ingénieur sous statut étudiant », sont sensibilisés aux ODD de l’ONU.
On observe un changement de mentalité et une ouverture pour les élèves.

Enseignements tirés et pistes d’amélioration

Cet enseignement a connu des adaptations (dans les deux écoles historiques de l’IMT Atlantique) tout au long de sa mise en œuvre.

Télécharger la fiche inspirante

Origine de l’action

Fin 2015, trois étudiants en première année de l’École des Métiers de l’Environnement (EME) de Bruz se sont interrogés : « combien dépenseraient-ils pendant 5 ans (durée d’étude pour un cycle d’ingénieur) dans leurs loyers ? »
Partant du constat que les loyers des résidentes étudiantes étaient élevés en comparaison des services proposés (tailles, chauffage, état du bâtiment, etc.), ils ont eu l’idée de partager cette somme pour construire un logement étudiant éco-responsable et durableC'est un système qui est stable et qui dure dans le temps sans compromettre les besoins des générations futures.
Source : Etudiants de l’Ecole des Métiers de l’Environnement - UniLassalle
, pensé et réalisé par des étudiants.

Ses principaux objectifs

Leur objectif principal est de démontrer qu’un logement étudiant doit, à l’avenir, être accessible financièrement tout en offrant d’excellentes performances thermiques.
À terme, leur mission sera de créer un campus écologique dans sa globalité. Ce projet démontre également aux étudiants qu’ils ont les cartes pour agir localement pour le développement durable.

Fonctionnement et moyens utilisés

Afin de pouvoir réaliser ce projet, différentes étapes ont du être définies et des partenariats trouvés : estimer le coût de la démarche à suivre, chercher les prêts bancaires, concevoir le prototype, chercher les matériaux nécessaires à la construction, faire les démarches administratives auprès des instances publiques….

Les publics bénéficiant de l’action

Les étudiants du campus de Ker-Lann seront les premiers à bénéficier de l’action.

Les résultats obtenus

En 2017, un premier prototype a été réalisé. Il comprend différents modules permettant une adaptation de sa conception aux besoins ponctuels. Éco-conçus, les modules sont également déplaçables par camion-grue et transportables sur de courtes ou longues distance pour une optimisation du foncier disponible.
Des points forts et des points faibles ont été repérés lors de la conception et lors du rendu final. Leur recensement a permis d’ajuster les prototypes suivants. De par la réalisation de ce projet, les étudiants ont approché différents corps de métiers. Par la suite, ils aimeraient ouvrir un partenariat à grande échelle. Innover dans et autour du logement est leur nouvel objectif puisque, pour eux, l’habitat est bien un espace essentiel pour tout citoyen.

Enseignements tirés et pistes d’amélioration

Les étudiants à l’origine de la démarche ambitionnent la poursuite du projet avec la création d’un campus écologique pour continuer à apprendre et acquérir de l’expérience, construire un réseau soudé et stable.

Télécharger la fiche inspirante

Origine de l’action

Depuis 2009, chaque établissement d’enseignement supérieur doit élaborer un Plan Vert. Ce plan a pour objectif le développement d’un socle de connaissances en matière de développement durableC'est un système qui est stable et qui dure dans le temps sans compromettre les besoins des générations futures.
Source : Etudiants de l’Ecole des Métiers de l’Environnement - UniLassalle
à destination des étudiants.
Dès 2011, l’École des Métiers de l’Environnement s’est donc emparée de cette prérogative en créant la Green Day (Grand Rassemblement pour les Étudiants en Environnement et pour la Nature). Cette journée de sensibilisationC’est l’action de rendre quelqu'un, un groupe sensible, réceptif à quelque chose pour lequel il ne manifestait pas d'intérêt. Source : Dictionnaire Larousse au Développement Durable (JSDD) est entièrement organisée par des étudiants de l’école.

Ses principaux objectifs

La journée de sensibilisation au Développement Durable est destinée aux élèves et au personnel. Elle a pour objectif :

  • de sensibiliser les jeunes (lycéens), professeurs et encadrants sur différentes problématiques liées à l’environnement (déchets, alimentation, énergies renouvelables, etc.)
  • de valoriser et encourager des initiatives, de prendre conscience et d’analyser les pratiques.
    Lors de cette journée, sont conviés collectivités locales, entreprises, associations, riverains, institutionnels,…La présence de ces partenaires permet aux élèves de se constituer un réseau

Fonctionnement et moyens mobilisés

Les élèves de première année Bachelor de Unilasalle Rennes – EME, sont les organisateurs de cette journée de sensibilisation. Avec l’aide des anciens élèves, ils créent et mettent en œuvre des animations, des activités et des conférences tout au long de la journée.
Pour les soutenir dans cette démarche, ils font appel à leur réseau et à des professionnels. Sensibilisation des générations sur des thématiques liées au réchauffement climatique et à la transmission de bons gestes à adopter sont le fil rouge de cette journée.

Les publics bénéficiant de l’action

Les personnes ciblées lors de cette journée sont principalement les lycéens, les enseignants et le personnel de l’école. Cependant, toute personne souhaitant y participer peut venir. La journée de sensibilisation est accessible pour tous !

Les résultats obtenus

La JSDD a lieu chaque année (au début du printemps – fin mars). Elle suscite beaucoup d’intérêt de la part des étudiants comme des enseignants. Chacun repart avec de nouvelles connaissances. Les retours du public sont très positifs !

Enseignements tirés et pistes d’amélioration

L’organisation de ces journées permet aux élèves d’acquérir de nouvelles compétences, comme le management, l’animation, la planification d’actions, etc.
Pour faciliter les échanges lors des différentes activités, il est prévu d’élargir la gamme des activités pour réduire la composition des groupes.

Télécharger la fiche inspirante

Origine de l’action

De nos jours, le gaspillage alimentaire représente 10 millions de tonnes par an. En parallèle, le nombre de personnes en précarité alimentaire augmentent chaque année.
En 2019, c’est près d‘un français sur cinq qui est en situation de précarité alimentaire.
La lutte contre le gaspillage alimentaire devient ainsi un enjeu majeur. Comme Biocycle et beaucoup d’autres organismes, des associations se mettent au défi d’agir pour lutter contre cette cause.

Ses principaux objectifs

L’objectif principal de l’association Biocycle est de faire le lien entre ce qu’ils appellent le « trop » , c’est-à-dire le gaspillage alimentaire et le « trop peu », correspondant à la précarité, qui coexistent sur le territoire parisien.
Le but de l’action est donc de collecter les invendus dans les marchés, supermarchés, traiteurs, etc. afin de les livrer, en vélo triporteur, à des associations caritatives.

Fonctionnement et moyens mobilisés

Le fonctionnement est simple, à l’aide de leur force et de leur vélo, des personnes en insertion sont chargées de collecter les invendus des professionnels de l’alimentation, puis de les livrer aux associations caritatives.

Les publics bénéficiant de l’action

Tous les aliments collectés sont donnés à des associations caritatives, qui à leur tour, redistribuent ces ressources aux personnes les plus démunies.

Les résultats obtenus

Aujourd’hui, l’association collecte jusqu’à une demi tonne d’invendus alimentaires par semaine permettant ainsi d’aider jusqu’à 300 personnes.
De plus, Biocycle a sensibilisé plus de 25 000 personnes au gaspillage alimentaire dont 3000 enfants depuis 2016.
L’association est le premier relais du don alimentaire en Vélo Triporteur.

Enseignements tirés et piste de développement

La suite logique de l’association a pour perspective de multiplier ses points de collectes et de redistributions sur Paris. Elle souhaiterait également agrandir son réseau de partenariats de sensibilisationC’est l’action de rendre quelqu'un, un groupe sensible, réceptif à quelque chose pour lequel il ne manifestait pas d'intérêt. Source : Dictionnaire Larousse avec des écoles, avec la création de nouveaux emplois en insertion.

Télécharger la fiche inspirante

Origine de l’action

L’origine de ce projet est un cheminement familial de transition écologique. Des premières actions de recyclage jusqu’aux idées de souveraineté alimentaire, au fil de la naissance de leurs enfants et de leurs déménagements, Sylvaine et Grégory ont réinterrogé leur mode de vie. C’est en 2011, suite à un voyage au Portugal qui leur a permis de découvrir la permaculture, qu’ils se réapproprient leur terre familiale pour y développer leur jardin et nourrir leur famille. L’envie de partager les amène ensuite à s’ouvrir sur le monde et à transmettre leur expérience.

Ses principaux objectifs

Les objectifs du projet sont de créer un lieu de vie et d’épanouissement pour tendre vers une auto-suffisance alimentaire, financière et énergétique. La Pâture es Chênes ambitionne de créer un système stable, autonome et durableC'est un système qui est stable et qui dure dans le temps sans compromettre les besoins des générations futures.
Source : Etudiants de l’Ecole des Métiers de l’Environnement - UniLassalle
, permettant de produire des végétaux nourriciers en abondance, dans le respect de la Terre et de ses équilibres, tout en transmettant et partageant le savoir grâce à des visites et l’organisation de stages.

Fonctionnement et moyen mobilisés

Le projet fonctionne d’une part grâce à la vente des produits issus du jardin, frais ou transformés, et d’autre part grâce aux visites, stages, activités de conseils, interventions extérieures et activité de tourisme (location d’un chalet) organisés pour partager l’expérience du jardin.

Les publics bénéficiant de l’action

Les visites et stages de La Pâture es Chênes sont ouverts à tous, jardiniers débutants ou confirmés, qui s’interrogent sur les méthodes de jardinage respectueuses de la terre et du vivant, sur les questions de souveraineté ou d’autosuffisance alimentaire ou encore de reconnexion à la terre.

Les résultats obtenus

Depuis le lancement du projet en 2011, les principes de permaculture ont permis d’obtenir des récoltes suffisamment abondantes pour pouvoir vendre les surplus de production. Deux entreprises ont été créées, l’une pour la vente des produits et la location du chalet, l’autre pour l’activité de visites, stages et conseil. De nombreux jardiniers ont ainsi pu bénéficier de la transmission de l’expérience de La Pâture es Chênes.

Enseignements tirés et pistes d’amélioration

Sur le volet jardin nourricier, l’expérience montre que les principes d’agro-écologie et de permaculture permettent de régénérer le sol et de tendre vers l’auto-suffisance alimentaire. Sur le volet transmission, l’engouement pour les stages reflète l’envie grandissante du public de se reconnecter à la terre et d‘améliorer leur souveraineté alimentaire. Le projet poursuit aujourd’hui sa diversification et son ouverture avec le lancement de l’agro-tourisme via la mise en location du chalet.

Télécharger la fiche inspirante

Origine de l’action

Chaque seconde dans le monde, 137 000 mégots sont jetés par terre. Ce geste semble a priori anodin mais a en réalité un impact très important sur l’environnement. Un seul mégot peut en effet contaminer jusqu’à 500 litres d’eau en raison des milliers de substances nocives, et parfois cancérigènes, que contiennent les cigarettes. Qui plus est, même lorsque les mégots sont jetés dans une poubelle, ces derniers ne sont pas valorisés .

Partant de ce constat, la structure Eco Action +, spécialisée dans la collecte des déchets auprès des entreprise, a souhaité créer MéGo! : un service de tri et de recyclage matière de mégots de cigarettes (filtres usagés), solution unique en France.

Ses principaux objectifs

MéGO! apporte une solution complète à destination des entreprises, associations, et collectivités. Leur rôle est d’aider le prestataire à la mise en place d’un dispositif de collecte dynamique des mégots de cigarettes.

En plus de la collecte et du traitement des mégots de cigarettes, MéGO! accompagne les entreprises dans des actions de prévention. Du mobilier est installé, notamment les cendriers, mais aussi des affiches et des kakemonos et l’entreprise finistérienne assure le suivi statistiques et le bilan carbone des opérations. Ces actions rentrent donc  dans les dispositifs de RSE ou du CHSCT ou encore de la médecine du travail.

Le plastique issu du recyclage de ces mégots est ensuite utilisé pour fabriquer des objets divers (cendriers, pots à crayons…) mais également du mobilier urbain (bancs).

Fonctions et moyens mobilisés

Mégo! propose plusieurs offres et dispositifs de tri adaptés à la taille de la structure demandeuse.

Les services proposés sont les suivants :

– Conseil et audit : programme dynamique de collecte des mégots de cigarettes en vue de leur recyclage

– Mise en place de mobilier : installation de cendriers et collecteurs adaptés aux besoins.

– Collecte : récupération des mégots par les équipes de Mégo ! et par un réseau national de collecteurs

– Recyclage : dépollution et transformation des mégots en matière plastique

– Reporting et suivi : traçabilité complète des collectes.

L’entreprise dispose d’une usine de 250m² au circuit balisé et aux normes de sécurité drastiques. Le procédé utilisé est pionnier avec une chaîne de tri & dépollution en circuit fermé et une transformation matière en thermo-compression.

Les publics bénéficiant de l’action

Comme indiqué précédemment, les services proposés par MéGo! s’adressent à des entreprises, associations, et collectivités.

Plus largement, le service amène également les fumeurs et non fumeurs à réfléchir à la pollution engendrée par les mégots lorsqu’ils sont jetés improprement au sol et sur leurs actions en matière de développement durableC'est un système qui est stable et qui dure dans le temps sans compromettre les besoins des générations futures.
Source : Etudiants de l’Ecole des Métiers de l’Environnement - UniLassalle
. Il contribue en outre à sensibiliser sur l’arrêt ou la diminution du tabac. Enfin, les jeunes sont également concernés puisque des sessions de formation dans les écoles et lors des collectes géantes dans les villes ont été organisées par l’entreprise.

Les résultats obtenus

Ce projet né dans le Finistère a pour objectif de se développer sur l’ensemble du territoire, voir à l’international. Un réseau national de collecteur assure d’ores et déjà la prévention puis la collecte des flux, en vue de massifier l’envoi pour traitement.

Depuis sa création, MéGO! traite entre 40 à 50 millions de mégots par an. La TPE a créé des cendriers au nom de sa marque, qu’elle installe chez ses partenaires. Entre 2000 et 2500 cendriers sont installés en France, sur sept sites partenaires, en Bretagne, en Normandie, à Nantes, en région parisienne…

Enseignements tirés et pistes d’amélioration

Ce projet est la preuve que de nouvelles filières de valorisation peuvent encore être imaginées et créées. Il montre aussi l’intérêt d’associer aux solutions proposées des actions pédagogiques et de sensibilisationC’est l’action de rendre quelqu'un, un groupe sensible, réceptif à quelque chose pour lequel il ne manifestait pas d'intérêt. Source : Dictionnaire Larousse afin de responsabiliser les citoyens et de permettre une évolution des pratiques.

Télécharger l’expérience inspirante

Origine de l’action

Depuis sa création, RSE et PED agit pour la diffusion de bonnes pratiques et de démarches de responsabilités sociétales et environnementales dans les pays en développement.

Les femmes des pays africains, souvent très engagées dans l’économie locale, sont l’un des publics prioritaires pour l’action de l’association. D’où l’idée de la réalisation de ce cycle de formation accessible à distance.

Ses principaux objectifs

Ces webinaires visent à :

  • Renforcer les connaissances des femmes sur le genre dans l’économie africaine et les compétences pour réussir leur projet professionnel;
  • Mettre en réseau des femmes africaines entre elles d’une part et avec des femmes européennes d’autre part ;
  • Sensibiliser tous les acteurs aux thèmes du genre et du leadership féminin dans l’économie africaine, et ce afin de faciliter leur engagement.

Fonctionnement et moyens mobilisés

Les webinaires sont des séminaires par internet, facilitant l’accès à l’information à travers le monde si l’on dispose d’une connexion internet et d’un ordinateur ou un téléphone par exemple.

La plateforme utilisée pour la diffusion est Adobe Connect. L’accès aux webinaires est gratuit et se fait par inscription.

L’information est diffusée par e-mail aux membres de la communauté RSE et PED, via les réseaux sociaux et les réseaux des partenaires du projet.

Les publics bénéficiant de l’action

A destination des femmes qui souhaitent entreprendre dans l’économie africaine.

Les résultats obtenus

A ce jour, 7 webinaires ont été organisés, dont 5 en 2017/2018, dans le cadre du cycle « ODD et Entreprises ».

Les compte-rendus, présentations et documents annexes sont disponibles sur le site de l’association.

Au-delà de la réalisation ponctuelle de ces webinaires, Les enregistrements des webinaires du cycle sont disponibles sur leur chaîne Youtube. Les vidéos de ce cycle de webinaire ont depuis été vue par plus d’une centaine de personnes.

Enseignements tirés et pistes d’amélioration

Développer des informations accessibles en Afrique en réfléchissant notamment à la problématique de l’accès au numérique. Travailler sur l’accès  à l’éducation, en ligne et dans le cadre de formation présentielle, en développant des partenariats en Afrique.

Télécharger l’expérience inspirante

Tow Logo Slogan

Origine de l’action

Aujourd’hui, l’électricité spécifique (hors chauffage et eau chaude sanitaire) représente 18.5% des consommations d’énergie d’une maison et ne cesse d’augmenter tous les ans. Les appareils en veille sont très nombreux et consomment 24h/24, 365 jours /an. Au vu de l’augmentation du prix des énergies et au regard de la précarité énergétique
Elle se caractérise par un accès complet du ménage à l'énergie, mais de son incapacité d'en profiter pleinement par manque de ressources financières.
Source : Etudiants de l’Ecole des Métiers de l’Environnement - UniLassalle
grandissante certains gestes économes au quotidien semblent évident à mettre ou à remettre en place. D’où l’idée de l’opération Trak O’Watts lancée pour la première fois en 2011 à l’échelle de la Bretagne par l’ADEME Bretagne, le Conseil régional et l’État dans le cadre du pacte électrique breton. Elle a été ensuite déclinée à plusieurs échelles notamment par ALOEN.

Ses principaux objectifs

L’objectif principal de cette opération est de sensibiliser le grand public aux éco-gestes du quotidien sur la consommation d’énergie électrique. Elle permet d’accompagner dans les  changements d’habitudes et de pratiques. Les familles qui s’y impliquent sont conseillées et suivies dans leur démarche.

L’objectif second est de réaliser des économies d’énergie tout en réduisant le coût des factures ! Cette démarche permet une prise de conscience par les familles des enjeux environnementaux et économiques associés à la sobriété énergétique.

Fonctionnement et moyens mobilisés

Après un premier temps de diagnostic de consommation électrique, l’opération fonctionne sous forme de réunion, avec des animations, la présentation des éco-gestes et des échange sur le changement de comportement. Des personnes sont donc mobilisées pour la réalisation de cet accompagnement, soit en interne à la structure qui a lancé la démarche, soit en travaillant avec des partenaires locaux comme des associations intervenant sur des sujets environnementaux, en lien avec la transition énergétique par exemple.

Ces opérations durent environ un mois, et peuvent également se tenir sur deux semaines. Des bilans peuvent être réalisés, au bout de 6 mois par exemple, afin d’évaluer l’impact de la démarche lorsque les familles reprennent leur rythme quotidien et ne sont plus suivies spécifiquement.

Les publics bénéficiant de l’action

Tout public volontaire ! En 2016, la démarche a notamment été réalisée par ALOEN auprès de locataires de logements sociaux en collaboration avec le bailleur social LB Habitat.

Les résultats obtenus

Lors de la premier opération en 2011-2012, 70 familles ont participé et ont réalisé 16% d’économie en moyenne, avec un maximum allant jusqu’à 30% !

Lors de l’action menée par ALOEN et LB Habitat, 10 familles ont été volontaires pour bénéficier de cet accompagnement personnalisé.

Enseignements tirés et pistes d’amélioration

Un support sur internet est en cours de création, il sera accessible à tous. Son but sera de mettre à disposition des informations sur la consommation d’énergie électrique dans les foyers, calculée en fonction des éléments que l’utilisateur devra spécifier.

Télécharger l’expérience inspirante

La Méth'ODD

Méth’ODD est une initiative de la DREAL Bretagne qui vise à faciliter l’appropriation et l’intégration des ODD dans les projets de territoire, notamment dans la continuité des agendas 21 mis en place ces dernières années.

Découvrir la Méth'ODD

Nous voulons...

  • Terres de Sources

    Le label Terres de Sources, accélérateur de la transition agricole et alimentaire des territoires. Lauréat de l'édition 2020 des Trophées Bretons du Développement Durable.

    Un projet porté par le collectif eau du bassin rennais, Ille-et-Vilaine (35), Bretagne

  • Les cuisiniers solidaires

    Lauréat de la 14ème édition des Trophées Bretons du Développement Durable. Projet œuvrant notamment pour la sensibilisation au gaspillage alimentaire.

    Un projet porté par l'association Les cuisiniers solidaires, Morbihan (56), Bretagne

  • Ti jouet - Rejouons solidaire

    Ti jouet.Lauréat de la 14eme édition des Trophées Bretons du Développement Durable !

    Un projet porté par l'association Don Bosco, La Roche Maurice, Finistère (29)

  • IMT Atlantique - Unité d'Enseignement "DD et RSO"

    Fort du constat que les ingénieurs d'aujourd'hui, en sus des contraintes techniques, économiques et organisationnelles,doivent prendre en compte les contraintes environnementales et sociale, l'IMT Atlantique a créée une unité d'enseignement "Développement Durable et Responsabilité Sociétale".

    Un projet porté par IMT Atlantique, France

  • HELICITY

    Fin 2015, un groupe d'étudiants de Rennes a investi et conçu un habitat écologique pour les étudiants.

    Un projet porté par la société Hélicity Habitat d'avenir, Rennes (35), Bretagne