Glossaire

  • a
    • Acidification des océans

      L’acidification des océans désigne la baisse progressive du pH des océans, causée par les pollutions humaines et notamment le CO2, les composés soufrés ou azotés rejetés par les industries et l’agriculture. Ceux-ci se dissolvent au contact de l’eau. L’océan devient alors de plus en plus acide ce qui perturbe les équilibres entre les écosystèmes mondiaux.

      Source : Etudiants de l’Ecole des Métiers de l’Environnement – UniLassalle

    • Aléas climatiques

      C’est un évènement extrême au niveau du climat susceptible de produire avec une probabilité plus ou moins élevée des dommages sur les populations, les activités et les milieux. Ces aléas sont souvent de quatre ordres : géologique (séisme, érosion), volcanique (coulée de lave, nuée ardente), météorologique (inondation, sécheresse) et maritime (tsunami, forte houle).

      Ces aléas peuvent avoir de lourdes conséquences sur la population et la biodiversité globale du territoire mais aussi sur sa vivabilité à long terme. Ces aléas sont plus ou moins prévisibles et contrôlables.

      Source : Etudiants de l’Ecole des Métiers de l’Environnement – UniLassalle

    • Artificialisation des sols

      Les sols artificialisés ont une définition statistique qui englobe toutes les terres non agricoles, non forestières, non naturelles. Ils recouvrent ainsi toutes les surfaces qui supportent l’activité humaine (exceptées l’agriculture et la sylviculture) : les villes, les logements, les activités économiques et les réseaux de transport.
      L’artificialisation du territoire est aujourd’hui considérée à la fois comme l’un des principaux facteurs d’érosion de la biodiversité et comme une perte nette de ressource pour l’agriculture et les espaces boisés et naturels.
      Limiter l’artificialisation des sols doit aussi s’accompagner d’outils pour réduire les impacts de l’artificialisation.

      Source : Institut National de la Recherche Agronomique – INRA, 2017

       

    • Autonomisation des femmes

      Chaque femme doit pouvoir vivre librement et faire ses propres choix, vivre sans crainte de violence, aller à l’école, participer aux prises de décisions, exprimer sa volonté et recevoir un salaire égal à celui d’un homme pour un travail égal. Cela revient à donner aux femmes les moyens de participer pleinement à la vie économique, dans tous les secteurs et à tous les niveaux.

      Source : Etudiants de l’Ecole des Métiers de l’Environnement – UniLassalle

  • b
    • Bien-être

      Composé des mots bien qui désigne la positivité, et être qui définit l’existence. État idéal dans lequel l’homme essaie de tendre via des activités physique ou mentale (sport, rire, sophrologie). Il peut concerner la santé, le travail, l’économie ou les relations humaines et permet de s’épanouir et donc de diminuer nos dépendances.

      Source : Etudiants de l’Ecole des Métiers de l’Environnement – UniLassalle

    • Biodiversité (terrestre / aquatique)

      La biodiversité est composée à partir des mots « biologie » (science du vivant) et « diversité » (état, caractère de ce qui est varié). Elle considère donc la diversité des écosystèmes, des espèces, des populations et celle des gènes dans l’espace et dans le temps, ainsi que l’organisation et la répartition des écosystèmes aux échelles biogéographiques.

      Source : Etudiants de l’Ecole des Métiers de l’Environnement – UniLassalle

  • c
    • cohésion sociale

      La cohésion sociale est la capacité d’une société à assurer le bien-être de tous ses membres, en réduisant les disparités au minimum et en évitant la marginalisation, à gérer les différences et les divisions, et à se donner les moyens d’assurer la protection sociale de l’ensemble de ses membres. La cohésion sociale est un concept politique qui est essentiel à la réalisation des trois valeurs fondamentales suivantes : droits de l’homme, démocratie et l’État de droit.

      Source :Conseil de l’Europe, 2010

       

    • croissance économique

      La croissance économique est l’évolution de la richesse produite sur le territoire sur une période donnée (entre deux années par exemple). Cette richesse est également appelée Produit Intérieur Brut (PIB).
      Il sert principalement à suivre l’état de santé de l’économie et à mesurer l’évolution de l’activité économique. C’est un indicateur essentiel pour adapter la politique économique en fonction de l’activité du pays.

      Source : INSEE

  • d
    • dégradation des sols

      La dégradation des sols est due à de nombreux facteurs, dont les phénomènes climatiques extrêmes, en particulier la sécheresse, et aux activités humaines qui polluent les sols ou nuisent à leur qualité ou leur utilité, ce qui a une incidence négative sur la production agroalimentaire, les moyens de subsistance et la production et la fourniture d’autres biens et services écosystémiques.

      Source : Organisation Mondiale de la Santé – OMS, 2007

    • démocratie participative

      La démocratie participative consiste en la mobilisation, par les porteurs d’un projet, de la société civile (citoyen, association, entreprise…) de l’information, de l’élaboration jusqu’à éventuellement la prise de décision d’une action publique locale. La société civile peut s’exprimer sur des projets, de son élaboration à sa mise en œuvre, en passant par sa planification.

    • désertification

      C’est un phénomène de dégradation des terres survenant dans les régions sèches de la planète.
      La désertification affecte les terres cultivées comme les milieux naturels ; elle correspond à une dégradation du couvert végétal et un appauvrissement des sols. Ces facteurs entraînent l’érosion de la couche de terre (par le vent et par l’eau), jusqu’à – au stade ultime du processus – mettre la roche sous-jacente à nu.
      Le processus de désertification a pour origine une conjonction de facteurs, notamment :
      – des conditions climatiques difficiles (précipitations faibles, vents violents, chaleur excessive…) et des sols fragiles (sols minces, sablonneux) ;
      – des activités humaines inappropriées comme les incendies volontaires, le surpâturage, la surexploitation agricole des sols, la déforestation, les pratiques d’irrigation inadaptées, etc.

      Source : Encyclopédie Larousse

    • Discrimination

      la discrimination est le fait de dévaloriser une personne par exemple en raison de son origine, de son nom, de son sexe, de son apparence physique, ou de son appartenance à un groupe religieux, philosophique, politique ou syndical. La discrimination porte donc atteinte à l’égalité des droits, à l’égalité des chances mais également à l’égalité des devoirs de chacun.

      Source : Etudiants de l’Ecole des Métiers de l’Environnement – UniLassalle

    • diversité génétique

      La diversité génétique est une mesure de la biodiversité qui mesure la variation génétique du matériel génétique au sein de chaque espèce, à la fois parmi les populations géographiquement séparées et parmi les individus d’une population donnée, d’une espèce biologique ou d’un écosystème entier.

      Source : site Aquaportail

    • Durable

      C’est un système qui est stable et qui dure dans le temps sans compromettre les besoins des générations futures.

      Source : Etudiants de l’Ecole des Métiers de l’Environnement – UniLassalle

  • e
    • Economie circulaire

      L’économie circulaire désigne un modèle économique dont l’objectif est de produire des biens et des services de manière durable, en limitant la consommation et les gaspillages de ressources (matières premières, eau, énergie) ainsi que la production des déchets. Il s’agit de rompre avec le modèle de l’économie linéaire (extraire, fabriquer, consommer, jeter) pour un modèle économique « circulaire »

      Source : Ministère de la Transition Écologique et Solidaire – MTES

    • économie sociale et solidaire

      L’économie sociale et solidaire (ESS) regroupe un ensemble de structures qui cherchent à concilier utilité sociale, solidarités, performance économique et gouvernance démocratique, avec pour ambition de créer des emplois, de développer une plus grande cohésion sociale et de répondre à des besoins d’intérêt général.

      Source : Ministère de la Transition Écologique et Solidaire — MTES, 2014

    • Ecosystème

      Un écosystème est l’ensemble des êtres vivants qui vivent au sein d’un milieu (sol, climat ou lumière) ou d’un environnement spécifique ayant des interactions entre eux dans ce milieu (reproduction, alimentation)

      Source : Etudiants de l’Ecole des Métiers de l’Environnement – UniLassalle

    • efficacité énergétique

      L’efficacité énergétique consiste à utiliser moins d’énergie tout en recevant une qualité de service identique.

      Source : Géo

    • Energie renouvelable

      Sont classées dans la catégorie des énergies renouvelables (EnR), toutes les énergies que la nature constitue ou reconstitue plus rapidement que l’Homme ne les utilise. Elles peuvent ainsi être considérées comme inépuisables à l’échelle du temps humain.
      Les énergies renouvelables proviennent de 3 sources majeures : le Soleil (rayonnement) , la Lune (marée) et la Terre (géothermie).

      Source : Futura Planète

  • g
    • gestion intégrée des ressources en eau (GIRE)

      La GIRE est un processus qui encourage la mise en valeur et la gestion coordonnées de l’eau, des terres et des ressources associées, en vue de maximiser le bien-être économique et social qui en résulte d’une manière équitable, sans compromettre la pérennité des écosystèmes vitaux.

      Source : Partenariat mondial pour l’eau

    • gestion raisonnée des ressources

      Il s’agit de prendre des mesures conduisant à préserver et utiliser durablement les ressources naturelles (eau, air, foret, …). Les ressources doivent pouvoir se renouveler et se conserver de manière pérenne, sans être menacées par une surexploitation.

    • gouvernance mondiale

      C’est l’ensemble des régulations transnationales mises en place pour faire face aux enjeux économiques et environnementaux de la mondialisation.

      Source : Dictionnaire Larousse

  • i
    • identité juridique

      Les personnes physiques et les personnes morales sont dotées de la personnalité juridique.

      Les personnes physiques acquièrent la personnalité juridique par la naissance et la perdent avec le décès.

      Une personne morale se crée par la volonté privée de son ou ses membres, matérialisée par la signature des statuts et son inscription au Registre du commerce et des sociétés pour une société, et à la Préfecture pour une association. Elle s’éteint par la dissolution. La personnalité juridique de la personne morale est distincte de la personnalité juridique de chacun des membres qui la compose.

      Source : INSEE

    • Illettrisme

      C’est le fait de présenter des difficultés pour la lecture et l’écriture chez des personnes de plus de 16 ans ayant déjà été scolarisés. L’illettrisme représente un handicap tant dans le milieu professionnel que sur le plan social et culturel et place les personnes dans une situation souvent précaire.

      Source : Etudiants de l’Ecole des Métiers de l’Environnement – UniLassalle

    • inégalités

      On peut parler d’inégalités « quand une personne ou un groupe détient des ressources, exerce des pratiques ou a accès à des biens et services socialement hiérarchisés », sous-entendu « et qu’une partie des autres ne détient pas ».

      Source : Observatoire des inégalités

    • Infrastructure durable

      C’est une infrastructure qui est amenée à durer dans le temps, tout en respectant l’environnement, que ce soit du choix des matières premières, de la conception à la réalisation. Elle permet de développer la croissance verte et de mettre en place une stratégie économique verte, en étant financièrement viable et en accord avec les besoins de la société.

      Source : Etudiants de l’Ecole des Métiers de l’Environnement – UniLassalle

  • j
    • justice sociale

      La justice sociale est fondée sur l’égalité des droits pour tous les peuples et la possibilité pour tous les êtres humains sans discrimination de bénéficier du progrès économique et social partout dans le monde. Promouvoir la justice sociale ne consiste pas simplement à augmenter les revenus et à créer des emplois. C’est aussi une question de droits, de dignité et de liberté d’expression pour les travailleurs et les travailleuses, ainsi que d’autonomie économique, sociale et politique.

      Source : Organisation Internationale du Travail, 2008

  • l
    • Logement décent

      Le bailleur doit remettre au locataire un logement décent ne laissant pas apparaître de risques manifestes pouvant porter atteinte à la sécurité physique ou à la santé, et doté des éléments le rendant conforme à l’usage d’habitation (Loi du 06/07/1989). La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte du 17/08/2015 a ajouté que le logement décent doit répondre à un critère de performance énergétique minimale.

      Source : ADIL, 2016

  • m
    • Malnutrition chronique

      La malnutrition correspond à un trouble de nutrition qui est causé par une mauvaise alimentation par rapport aux besoins de l’être humain (carences et excès). Une malnutrition chronique se développe lentement et sur une longue période. En conséquence son organisme s’affaiblit. Elle peut être en lien avec une situation de pauvreté, notamment lorsque l’alimentation n’est pas équilibrée. 

      Source : Etudiants de l’Ecole des Métiers de l’Environnement – UniLassalle

  • p
    • personnes pauvres

      Sont considérées comme pauvres « les personnes dont les ressources (matérielles, culturelles et sociales) sont si faibles qu’elles sont exclues des modes de vie minimaux acceptables dans la société ».

      Source : Observatoire National de la Pauvreté et de l’Exclusion Sociale – ONPES

    • Précarité énergétique

      Elle se caractérise par un accès complet du ménage à l’énergie, mais de son incapacité d’en profiter pleinement par manque de ressources financières.

      Source : Etudiants de l’Ecole des Métiers de l’Environnement – UniLassalle

  • r
    • résilience écologique

      La résilience écologique est la capacité d’un système vivant (écosystème, biome, population, biosphère) à retrouver les structures et les fonctions de son état de référence après une perturbation. ex: capacité de l’éco système forestier à « cicatriser » et à se reconstituer après un incendie. Cette capacité de résilience écologique varie selon le contexte biogéographique et historique.

  • s
    • sensibilisation

      C’est l’action de rendre quelqu’un, un groupe sensible, réceptif à quelque chose pour lequel il ne manifestait pas d’intérêt.

      Source : Dictionnaire Larousse

    • stéréotype

      C’est une caractérisation symbolique et schématique d’un groupe qui s’appuie sur des attentes et des jugements de routine.

      Source : Dictionnaire Larousse

  • u
    • urbanisme durable

      L’urbanisme durable recouvre d’emblée de multiples dimensions : technique, économique, écologique, sociale et plus largement culturelle. Il s’agit de penser et de faire la ville autrement, de créer un autre modèle d’aménagement et de développement urbain, mais également, d’inventer d’autres modes de vie, les façons d’habiter, de se déplacer, de consommer…
      L’urbanisme durable s’inscrit dans un processus, une démarche de projet et de progrès qui ré-interpelle les pratiques professionnelles, les responsables politiques et les acteurs locaux dont les habitants. L’apprentissage de comportements «éco-responsables » par les acteurs de la ville, et en particulier les habitants, demeure un enjeu clef pour une réelle maîtrise des ressources et des usages en ville. Dans cette perspective, l’urbanisme se doit d’être aujourd’hui un vecteur et un moyen d’appropriation de modes de vie plus durables.

      Source : Centre de ressources du développement durable – CERDD

Il manque une définition ?

Vous avez souhaité rechercher des précisions sur un autre terme que vous connaissiez mal ? Ou au contraire c’est une notion que vous connaissez bien et qui est importante pour vous dans le cadre de la mobilisation pour les ODD ?